1. Introduction
  2. Quelques réflexions en vrac
  3. Organisation des noms de familles maltais
  4. La théorie de Hull sur la colonie Girgenti
  5. Premiers recensements et classement des noms
  6. Le recensement de 2005 et les noms maltais les plus communs
  7. Le panthéon des noms de famille maltais
  8. Fréquence par emplacement
  9. Un aperçu de Gozo
  10. L'échantillon 'australien' parallèle
  11. Mots apparentés et doublets
  12. Noms multiples
  13. Noms disparus

La théorie de Hull sur la colonie Girgenti

En admettant que les chrétiens maltais aux temps des Normands et des souabes étaient principalement de souche sicilienne, au moins pour la ligne masculine, la question de leur origine exacte mérite plus d'investigation. En l'absence d'ouvrage de référence sur l'origine et la distribution des noms de famille à la fin de la Sicile médiévale, l'approche consiste à considérer les concentrations modernes de noms. Geoffrey Hull a mené ses recherches sur la base des annuaires téléphoniques siciliens de 1980. Les noms de famille maltais sont rares en dehors de la région du sud et du sud-est de la Sicile comprenant, Noto, Ragusa, Modica, Pachino, Gela (anciennement Terranova), Licata, Caltanissetta et Agrigente (anciennement Girgenti). Bizarrement, le plus grand groupe de noms de famille maltaise du 15ème siècle a été trouvé dans la localité la plus éloignée, c'est Agrigente.

Les noms suivants sont plus fréquents à Agrigente (et parfois dans les environs de Favara et Aragona), qu'ailleurs : Vella, Farruggia (cf. Farrugia), Schembri, Burgio (cf. Borg), Cassaro (cf. Cassar), Mangione (cf. Mangion ), Pace, Camilleri, Falzone (cf. Falzon), Buggea (cf. Bugeja), Frenda (cf. Frendo), Gallea (cf. Galea), Zambuto (cf. Sammut), Tabone, Bono (cf. Debono), Cumbo, Moscato (cf. Muscat), Vassallo, Gutaia (cf. Cutajar), Cuschera (cf. Cuschieri), Pisano (cf. Pisani), et Caruana. Même si une autre région donne un nombre plus élevé pour un nom maltais, le nom en question était bien représenté à Agrigente. Ce fut le cas avec : Zammitti (cf. Zammit), Greco (cf. Grech), Sacco, Atardo (cf. Attard), Conti, Bonanno, Brancato (cf. Brincat), Mallia, et Puglisi (éventuellement Pulis) à Syracuse ; Zupardo (cf. Azzopardi) et Scicolone (cf. Scicluna) à Gela ; Bennici (cf. Bonnici) à Licata ; et Spataro (cf. Spiteri) à Pachino (30).

Les seuls cas où une autre région a le monopole complet ou presque de noms de famille maltais sont les suivantes : Formosa et Storace à Syracuse ; Cilia à Raguse ; Cammisuli (cf. Camenzuli) à Pachino ; De Bartolo (cf. Bartolo), Portelli, Magnuco (Mahnuc) (31), Cauchi, Scerra (cf. Scerri), Psaila, et Ascia (peut-être Asciak) à Gela ; Callea (cf. Calleja) et Baldacchino à Licata ; et Galia (cf. Galea), Bonanno, et Barbara dans Trapani (32).

Contrairement à l'attente de trouver au sud-est de la Sicile, l'onomastique la plus proche de Malte, l'axe Gela-Caltanissetta-Agrigente semble être la source de la plupart des plus anciens noms de famille maltais, avec le dernier quartier comme l'épicentre. Une caractéristique importante du 12ème siècle que Girgenti avait en commun avec Malte était qu'ils étaient alors (avec le reste de la Val di Mazara) un bastion de la langue arabe et la foi islamique dans une Sicile qui était en train d'être latinisée et christianisée. Une question se pose maintenant : est-ce que les autorités souabes, en installant des colons chrétiens dans l'archipel Maltais au début du 13ème siècle, ont délibérément recruté orateurs chrétiens de langue arabe venant de Girgenti dont la connaissance de la langue des infidèles aurait servi les intérêts de l'empereur ? Ou est-ce un groupe d'exilés, conséquence de la politique de déportation de masse de Frédéric II ?

La ville la plus proche de Agrigente, Palerme concentre souvent le plus grand nombre de noms de famille 'maltaises aujourd'hui. Cependant, il faut présumer que la plupart des noms «maltais» appartiennent aux familles originaires de la province voisine, la validité de cette affirmation est corroborée par le fait que ces noms se produisent très rarement ailleurs que dans la province de Palerme, alors que ils sont bien répartis dans la province d'Agrigente

Beaucoup de noms de famille typiquement maltais existent de nos jours en Sicile, bien que portant souvent des orthographes différentes. Une brève liste suffira : Attardo, Attardi (cf. Attard) ; Zuppardo, Zuppardi (cf. Azzopardi) ; Baldacchino ; Balzano, Balsano (cf. Balzan); Barbara ; Bartolo (outre Di Bartolo, De Bartolo, Lo Bartolo) ; Bizzini, Vizzini (si inférer Bezzina) ; Bonanno ; Bonavia ; Bennici, Bennico, Bennica, Bennice, Bonica (cf. Bonnici) ; Burgio (cf. Borg) ; Brancato, Brancati (cf. Brincat); Buggea, Buggia, Bugea, Buggè, Bugè, Bugia (cf. Bugeja) ; Calafato ; Callea, Callia, Calia (cf. Calleja) ; Cammisuli, Caminsuli (cf. Camenzuli) ; Camilleri (outre Cammilleri, Cammalleri, Camalleri, Camilleri, Cammillieri) ; Caruana ; Cassaro (cf. Cassar) ; Cassia ; Cauchi ; Procopio (cf. Chircop) ; Cilia ; Consiglio ; Conti (et Conte) ; Cumbo ; Cuschera, Coschiera, Cuscheri (cf. Cuschieri); Cuttaia, Cutaia (cf. Cutajar); De Bono (à part Di Bono, De Bonis, De Boni, Bono) ; Delia (plus de D'Elia); Falzone, Falzoni, Falsone (cf. Falzon) ; Farruggia, Farruggio (cf. Farrugia) ; Formosa (outre Formoso, Formusa, Formuso) ; Frenda, Frenna (cf. Frendo) ; Galia, Gallea (cf. Galea); Gaudesi (cf. Gauci); Greco (cf. Grech) ; Grima ; Mallia (outre Mellia) ; Mangione, Mangioni (cf. Mangion) ; Moscato, Muscato, Moscati (cf. Muscat) ; Pace (outre Paci) ; Pisani (en dehors de Pisani, Pisana) ; Basile (s'ils sont liés à Psaila) ; Puglisi, Pulizzi (s'ils sont liés à Pulis) ; Sacco ; Zammuto, Zambuto (cf. Sammut) ; Xerra, Scerra, Sciarra (cf. Scerri, Xerri) ; Schembri (outre Schembari, Schemmari, Schembre) ; Scichilone, Scicolone (cf. Scicluna) ; Spitaleri, Spitali, Spitale (cf. Spiteri) ; Tabone (outre Tabbone) ; Tona (si inférer Tonna) ; Vassallo ; Vella (outre Vedda, Bella, Di Bella, La Bella) ; Zammito, Zambito, Sammito, Sambito, Zammitti, Zimmitti, Zammitto (cf. Zammit) (33).

Quelques noms maltais en Sicile, exactement dans leur forme orthographique actuelle, peuvent être des apports récents et ne remontent pas nécessairement au moyen age ni au début de la période moderne. Hull donne les exemples suivants : Attard, Bonnici, Borg, Cassar, Chiricoppi (cf. Chircop), Falzon, Farrugia, Galea, Frendo, Grech, Fenech, Mangion, Micalef (cf. Micallef), Moscatt (cf. Muscat), Psaila, Saito (peut être Said), Zammit, Sillato, Sciabbarrasi (cf. Sciberras), Xerri, Portelli, Missud (peut être Mifsud), and Spiteri.

Asciak, Curmi, Seychell, Agius, Ellul, Busuttil, Dingli, Hili, and Xuereb ne sont pas enregistré en Sicile.

Notes :
  1. Hull, p. 324.
  2. Now extinct. Cf. Chapter 4.8.
  3. Hull, pp. 324--25.
  4. All these surnames are lifted from G. Caracausi’s Dizionario onomastico della Sicilia: Repertorio storico-etimologico di nomi di famiglia e di luogo (2 volumes), Palermo: L’Epos--Centro di Studi Filologici e Linguistici Siciliani, 1993.
  5. Hull, pp. 383--86.

  1. Introduction
  2. Quelques réflexions en vrac
  3. Organisation des noms de familles maltais
  4. La théorie de Hull sur la colonie Girgenti
  5. Premiers recensements et classement des noms
  6. Le recensement de 2005 et les noms maltais les plus communs
  7. Le panthéon des noms de famille maltais
  8. Fréquence par emplacement
  9. Un aperçu de Gozo
  10. L'échantillon 'australien' parallèle
  11. Mots apparentés et doublets
  12. Noms multiples
  13. Noms disparus
Top