1. Introduction
  2. Quelques réflexions en vrac
  3. Organisation des noms de familles maltais
  4. La théorie de Hull sur la colonie Girgenti
  5. Premiers recensements et classement des noms
  6. Le recensement de 2005 et les noms maltais les plus communs
  7. Le panthéon des noms de famille maltais
  8. Fréquence par emplacement
  9. Un aperçu de Gozo
  10. L'échantillon 'australien' parallèle
  11. Mots apparentés et doublets
  12. Noms multiples
  13. Noms disparus

L'échantillon 'australien' parallèle

Dans les décennies du milieu et suivantes du 20ème siècle Malte fait face aux opportunités et défis de la migration lorsque des milliers de maltais quittent le pays pour chercher une vie meilleure à l'étranger. La diaspora maltaise se retrouve maintenant dans des pays aussi lointains que l'Australie, le Canada, les États-Unis, le Royaume-Uni et ailleurs (68). Cela a conduit à la création du concept appelé «Grand Malte», enraciné dans le sentiment d'appartenance et d'inclusion à l’intérieur de la conscience nationale.

Selon diverses estimations, il y a entre 150 000 et 300 000 Australiens d'origine maltaise vivant en Australie aujourd'hui (69) dont, selon une estimation récente, environ 43 000 étaient nés à Malte (70). Cette communauté immigrée représente de loin la plus grande communauté d'origine maltaise en dehors de Malte dans le monde entier. Depuis la période de pointe qui va du milieu des années 1950 à la fin des années 1970, la population de née à Malte a diminué ainsi que vieilli. La plupart d'entre eux ont vécu en Australie pendant plus de 15 ans et plus de 70% ont pris la nationalité australienne, Victoria et New South Wales attirant de loin le plus grand nombre de personnes nées à Malte (71). Depuis le début des années 1990, cependant, la migration a diminué comme peau de chagrin; le nombre annuel d’admissions en provenance de l'archipel maltais est maintenant à deux chiffres, et une augmentation immédiate semble peu probable dans un avenir prévisible (72).

Mark Caruana, un émigré maltais en Australie, a mené des recherches statistiques sur la fréquence des noms de famille maltais spécifiquement dans ce pays qui est souvent citée comme la deuxième maison des Maltais. Il a élaboré sa liste à partir des données répertoriées dans le répertoire téléphonique national de 1998. Les résultats se présentent comme suit:

  1. Vella – 1,850
  2. Borg – 1,810
  3. Camilleri – 1,339
  4. Galea – 1,106
  5. Farrugia – 1,073
  6. Zammit- – 1,012
  7. Attard – 913
  8. Grech – 854
  9. Micallef – 831
  10. Spiteri – 809
  11. Muscat – 809
  12. Cassar – 762
  13. Azzopardi – 702
  14. Mifsud – 691
  15. Pace – 687
  16. Caruana – 629
  17. Gauci – 627
  18. Portelli – 511
  19. Gatt – 504
  20. Schembri – 481

L'observation la plus apparente et il faut l’admettre fascinante qu’on peut faire est que cet inventaire reflète presque la liste des fréquences issue du Recensement local de 2005. Cette symétrie intrigante confirme simplement que les grandes familles de Malte sont fondamentalement aussi celles qui dominent en Australie. Pour le dire d'une autre manière, l'échantillonnage microcosmique d'émigrants maltais en Australie s'est révélé être une réplique presque parfaite du scénario anthroponymique local. Le top dix à Malte est incroyablement le même top dix en Australie, ne présentant seulement qu’un classement légèrement différent. Sur les 20 noms les plus répandus localement, 17 apparaissent dans la liste australienne. Les trois noms anormaux (Gauci, Gatt, et Portelli), sont, après tout, respectivement classées 22, 24, et 32e à Malte. Portelli est incidemment le cinquième nom le plus courant à Gozo.

Parlant des noms maltais ci-dessous, il est intéressant de constater que certains d'entre eux ont subi un processus d'anglicisation. Que ce devrait être le cas ne doit pas causer de surprise. Le nouvel environnement qui a massivement transformé les mœurs et les habitudes australiennes par la vie communautaire, l'éducation, et les mariages mixtes étend également son influence à des détails apparemment aussi anodins et minuscules que les étiquettes d'identification utilisés comme noms de famille. Grâce à l'application de la loi du moindre effort, il a toujours été d'usage de raccourcir les noms longs. Si un nom de famille est un composé, il est raisonnable de le réduire à un des deux éléments qui le composent. De cette manière, Pardy a été extrait d’Azzopardi. Le même principe s'applique aux noms de famille à plusieurs syllabes, expliquant la transformation de Buttigieg en Butt. Dans certains cas, l'altération a seulement impliqué la chute d'une voyelle finale comme dans Abel (< Abela) et Frend (< Frendo). Les orthographes phonétiques étaient également en évidence : Sherry (< Scerri), Albany (< Albani), Coster (< Costa), Cependant, dans certains cas, le changement a impliqué des degrés d'arbitraire variables comme dans Baldwin (< Baldacchino), Atkinson (< Aquilina), Bonney (< Bonnici), Bayard (< Bajada), Mack (< Magro), et Finch (< Fenech) (73).

L’anglicisation des noms maltais (et par défaut italiens) est réalisée sous l’action de deux fortes forces convergeant vers le même objectif depuis des directions opposées. Une force représente les voisins non-maltais, les employeurs, les contremaîtres, et compagnons de travail, qui, consciemment ou inconsciemment en parlant ou par écrit rendent les patronymes maltais conformes aux modèles linguistiques anglais, à l'orthographe, ou aux noms des particuliers ou des types de noms avec lesquels ils se trouvent être déjà familiers. L'autre force représente les colons d'origine maltaise qui changent délibérément leurs noms ou tolèrent les modifications apportées par les étrangers comme une concession à leur nouveau milieu. Il y a, bien sûr, certaines personnes qui estiment que le nom anglicisé permettra d'éliminer l'obstacle des préjugés qu'ils pourraient avoir à rencontrer dans leurs relations sociales ou d'affaires, et certaines qui pensent à tort qu’un nom anglicisé les rendra de meilleurs Australiens.

Notes :
  1. Le nombre de personnes d'origine maltaise vivant au Canada est estimé à environ 30 000 (recensement canadien de 1996). Le premier maltais recensé arrivé au Canada était Louis Shickluna (Scicluna), “indigène de Malte”, qui en 1838 est venu en Ontario, à St Catherine et établit un grand et important chantier naval sur le canal Welland. Cf. R.S. CUMBO, «Situation actuelle du maltais au Canada», dans Proceedings and Report, p. 35. Selon les statistiques compilées par JC Lane, le nombre de Malte qui se décrivent comme d'origine maltaise aux États-Unis est 30 292; cependant, la plupart d'entre eux (environ 70%) sont nés en Amérique de parents maltais. Cf. J. CASSAR, 'L-Emigranti Maltin u r-Reliġjon - Stati Uniti », dans Proceedings and Report (2000), p. 466.
  2. L.E. Attard, ‘Maltese Migration: A Historical Perspective’, in Proceedings and Report (2000), p. 7.
  3. S. Mallia, ‘Maltese culture will not die with first generation migrants’, in The Times [of Malta], 7/8/07, p. 7. According to the Australian 1996 Census, the figure then stood at 50,879. Cf. Proceedings and Report (2000), p. 22.
  4. ‘Maltese down under’, in The Times [of Malta], 8/8/2007, p. 9. Une note de bas de page fascinante dans l'histoire des migrations maltaise indique qu'un Charles Agius, probablement de La Valette, a émigré en Australie autour de 1930 et a épousé une femme autochtone, Laura, en 1939. Selon ses fils, Josie et Bob, il ya maintenant une communauté d’environ 700 maltais-Aborigènes, la réalisation de leur seul père qui est finalement retourné et est mort à Malte. Cf. S. Mallia, ‘The Maltese-Aborigines community Charles of Valletta set up in Adelaide’, in The Times [of Malta], 2/8/2007, p. 5.
  5. M. Carauna, ‘History of Emigration and the Present Situation in Australia’, in Proceedings and Report (2000), p. 15.
  6. Exemples repérés par Mark Caruana dans les Archives de l'Etat de New South Wales à Kingswood et enregistrés dans un rouleau inédit intitulé « Maltese Surnames -- Change of Name by Deed Poll -- 1901--1947, NSW’». Il serait intéressant d'étudier le cours de l'anglicisation apparue dans d'autres pays, comme le Canada et les États-Unis.

  1. Introduction
  2. Quelques réflexions en vrac
  3. Organisation des noms de familles maltais
  4. La théorie de Hull sur la colonie Girgenti
  5. Premiers recensements et classement des noms
  6. Le recensement de 2005 et les noms maltais les plus communs
  7. Le panthéon des noms de famille maltais
  8. Fréquence par emplacement
  9. Un aperçu de Gozo
  10. L'échantillon 'australien' parallèle
  11. Mots apparentés et doublets
  12. Noms multiples
  13. Noms disparus
Top