1. Introduction
  2. Quelques réflexions en vrac
  3. Organisation des noms de familles maltais
  4. La théorie de Hull sur la colonie Girgenti
  5. Premiers recensements et classement des noms
  6. Le recensement de 2005 et les noms maltais les plus communs
  7. Le panthéon des noms de famille maltais
  8. Fréquence par emplacement
  9. Un aperçu de Gozo
  10. L'échantillon 'australien' parallèle
  11. Mots apparentés et doublets
  12. Noms multiples
  13. Noms disparus

Quelques réflexions en vrac

S'il y a une chose qui intéresse le grand public, et donc les médias, c'est la popularité relative des noms de personnes. Beaucoup de gens sont fascinés par la signification des noms, les noms de famille et les noms de lieux. Les noms acquièrent une nouvelle dimension quand il est expliqué, par exemple, Sacco peut être une forme tronquée du nom biblique Isacco, Anastasi est un nom grec qui signifie « résurrection », ou Zerafa est un nom arabe qui signifie « girafe ». Internet a sans aucun doute augmenté l'intérêt pour ce savoir ; il fournit une mine d'informations de qualité sur les noms, pas tous, bien sûr.

L'anthroponymie, comme toute autre branche de l'onomastique, est fondamentalement une science linguistique, mais il est inévitablement lié à l'histoire, sociale, anthropologique et géographique. C'est donc une science multidisciplinaire, avec beaucoup de pièges. L'absence d'étude approfondie et systématique des noms de famille maltais, par exemple, est due à la difficulté d'entreprendre une telle tâche dans une situation où il n'y a peu recherche ou qu'elle est fragmentaire.

Outre les connotations culturelles évidentes, les noms de famille portent aussi une dimension héréditaire, aussi bien spatiale (répartition géographique) et temporelles (fluctuations diachroniques). Chaque nom de famille porte au moins quatre valeurs : typologiques, sémantiques, quantitatives, et de distribution. En d'autres termes, un nom de famille, appartient d’abord à une catégorie générale (c. patronyme / matronyme, toponyme, occupation / état​​, surnom) ; il a une signification qui peut être expliqué ; il a une signification numérique (c'est à dire très commun, commun, assez rare, éphémère), et a également une diffusion spatiale particulière (répartis sur l'ensemble du pays ou concentrée dans certains domaines).

Les changements démographiques et linguistiques dans les régions du monde, en particulier les parties qui ont été colonisés, comme à Malte, ont conduit à la disparition de nombreux noms et la naissance d'autres. De tout temps et en tous lieux l'onomastique a été une question de flux. Parmi les noms en usage aujourd'hui, les plus anciens sont généralement apparus au Moyen Age. En ce qui concerne Malte, la diffusion générale des noms de famille est liée à la re-christianisation de l'île après quatre siècles de domination musulmane et aussi avec l'influence post-coloniale. En 1300, une certaine récurrence et stabilité des noms de famille existe déjà, même si la normalisation des noms contemporains n'a été réalisée qu'aux 16e et 17e siècles sous la pression forte de l'Eglise et des notaires (12). A cet égard la grande importance du Status Animarum (recensement diocésain) de Malte réalisée en 1687 ne peut pas être sous-estimée (13).

A ce stade, il est encore nécessaire d'arrêter certaines idées reçues : La première est que les personnes vivant avec le même nom de famille sont nécessairement liés entre eux ; l'autre est que la provenance d'un nom permet de connaitre l'origine ethnique de son porteur. La première idée fausse peut être éludées. Une personne vivant dans une ville est connue comme Sarto (selon son activité), ou De Marco (selon le nom de son père) ; il n'est pas surprenant qu'un autre, vivant plus loin, peut être également tailleur, ou être le fils d'un autre Marco. Ces personnes pourraient éventuellement porter le même nom sans même se connaître. De même, les Longos (un pseudonyme) et les Catanias (un nom de lieu) d'une localité n'était pas nécessairement liée aux Longos et aux Catanias d'une autre.

En outre les noms de famille ont pris une signification émotive et dynastique à la fin du Moyen Âge, porter un nom est devenu une question de fierté. Les hommes ont parfois cherché à garder leur nom de famille vivant en encourageant une garantie de l'adopter quand ils n'avaient pas de descendants directs de leur propre dans la ligne masculine. Cette norme a été amplement documenté, au moins, en Angleterre, mais doit avoir été également pratiquée en Italie, la Sicile et Malte.

L'origine du nom de famille n'implique pas nécessairement l'identité nationale des ancêtres. Deux faits de l'histoire de Malte peuvent prouver cela et dissiper la deuxième idée fausse. À la fin du Moyen Age, de nombreux habitants d'origine arabe ou juive ont adopté une adaptation Romaine de leurs noms sémitiques originaux conformément aux exigences culturelles et religieuses de l'époque. A titre d'exemple, les Pace d'aujourd'hui n'ont pas nécessairement de lignée italienne ; leurs ancêtres auraient pu être appelé Shalom ou Salem.

Pendant la période des Chevaliers, de nombreux esclaves libérés ont choisi de prendre le nom de famille de leurs anciens maîtres par obligation ou par facilité, afin d'être mieux s'intégrer socialement. De la même façon les convertit ont pris le nom de leur maître ou leur parrains à leur baptême. Certains maltais contemporains, portant des noms de famille italiens, français, ou espagnols, peuvent être, en fait, des descendants directs de ceux-ci, et donc n’avoir aucun lien véritable avec le porteur originel de leur nom de famille.

Un autre facteur de la pertinence de la nomenclature maltaise doit être éclairci. De vieux documents fournissent de nombreuses preuves de villages nommés d'après le nom d'un de ses habitants illustres, sans doute de l'aristocratie terrienne. Ainsi des patronymes tels que Lia, Balzan, Attard, Chircop (Kirkop), Asciaq (Għaxaq), Curmi (Qormi), et Dingli ne viennent pas du nom de la localité ; c'est le toponyme qui dérive du nom de famille, qui dérive lui-même d'un prénom ou d'un nom (14). En d'autres termes ce ne sont pas des noms de lieux.

Une autre erreur est que les anciens noms enregistrés dans les documents médiévaux prouvent nécessairement l'ancienneté des noms contemporains. Par exemple, le De la Licata, De Catane, De Ursu, De Laurenzu, enregistré au 15e siècle milice ou liste Anagra ne sont pas nécessairement liées aux porteurs d'aujourd'hui Delicta, Catane, Urso, De Lorenzo.

Notes :
  1. S. Mercieca, ‘From a Rural Livelihood to Cosmopolitan Vocation: Tracing the Origins of the Melchiorre and Lorenzo Gafà,’ in Melitensium Amor - Festschrift in Honour of Dun Gwann Azzopardi, Malta, 2002, p. 278.
  2. Cf. S. Fiorini, ‘Status Animarum II: A Census of 1687,’ in Proceedings of History Week 1984, Malta, 1986, pp. 325--44.
  3. S. Fiorini, ‘Sicilian Connexions of Some Medieval Surnames,’ in Journal of Maltese Studies, No. 17 & 18 (1987– 88), p. 132.

  1. Introduction
  2. Quelques réflexions en vrac
  3. Organisation des noms de familles maltais
  4. La théorie de Hull sur la colonie Girgenti
  5. Premiers recensements et classement des noms
  6. Le recensement de 2005 et les noms maltais les plus communs
  7. Le panthéon des noms de famille maltais
  8. Fréquence par emplacement
  9. Un aperçu de Gozo
  10. L'échantillon 'australien' parallèle
  11. Mots apparentés et doublets
  12. Noms multiples
  13. Noms disparus
Top